Terra

Réalité phénoménale

Notre réalité se compose de phénomènes (le soleil, la pluie, un ami qui passe dans la rue) et de concepts qui sont le résultat de nos pensées.
Nous avons analysé 650 systèmes de phénomènes.
Les phénomènes naturels sont indiscutables. Ils sont. Le soleil chauffe, la pluie mouille et le système de phénomènes  « photosynthèse » fonctionne dans 100% des cas. Ils sont donc cohérents à 100 %.
Les phénomènes dans lesquels un homme intervient sont, en revanche, non fiables (23 % en moyenne).

Réalité conceptuelle

En plus des phénomènes, notre réalité inclut aussi les pensées de chacun. Parfois ces pensées sont des idées et plusieurs idées donnent un concept.
Mais les concepts émanant de l’esprit humain sont faillibles. Chaque concept à ses fans, ses détracteurs et ceux qui changent d’avis.
En d’autre termes, nous pouvons débattre sur un concept, n’importe lequel, mais peut on débattre sur le fait que l’homme a besoin de manger, de se loger, de se vêtir, d’aimer et de faire ce qu’il aime ?

Libre arbitre

Cela est dû au « libre-arbitre ». Grâce à lui, nous sommes l’humanité, la seule espèce de l’univers consciente d’elle même et du reste du monde. Nous avons donc une immense responsabilité qui repose sur notre libre arbitre. Grâce à lui, nous pouvons juger, espérer, estimer et évoluer par le biais de deux conditions purement humaine : l’Histoire qui nous permet d’inscrire nos progrès dans le temps et la mémoire grâce à laquelle on peut faire mieux que la semaine dernière.  Mais pour que cela soit possible, nous devons créer une entité fictive, la personnalité, qui elle aussi s’inscrit dans le temps. A cause de cette obligation, nous avons un passé que l’on digère mal et un futur qui nous fait peur. En réalité, le temps n’existe pas : le passé et le futur émanent de notre esprit au présent… qui n’existe déjà plus. C’est pourquoi nous attendons tous quelque chose alors que rien ne doit arriver.